Les bakelistes sont-ils des experts, des spécialistes ou des caméléons ?

Image de bakelistes en Formation en design graphique à volkeno

Il y a 2 ans , on démarrait le programme Bakeli à Volkeno.

Quand on le démarrait, on avait pour idée de rendre les jeunes qu’on formait autonomes. Qu’est ce que cela veut dire ?

En réalité, nous nous étions rendus compte du fait que quand on prenait des prestataires, ils avaient toujours du mal à exécuter les tâches qu’on leurs donnait : cela pouvait être installer un site wordpress, déboguer un bug sur Android, installer et tester une nouvelle librairie , ainsi de suite.

Aujourd’hui, quand nous allons présenter ces candidats à des entreprises ou à des entrepreneurs, ce qu’ils nous demandent, est-ce qu’ils sont bons dans ça, ou ça ? Ok, admettons qu’un des développeurs soit bon en Android. Et demain, si vous avez besoin de quelqu’un qui est bon en iOS ? Vous allez encore recruter ? Sachant que vous n’avez pas de capital ou encore moins de proof of concept. Vous êtes toujours entrain de tester votre idée.

Ce que nous croyons fondamentalement à Bakeli, c’est qu’un Bakeliste en développement peut se transformer en designer ou digtal marketer si c’est ce qu’il souhaite. Effectivement, les Bakelistes sont des caméléons. Cela est dû à la façon dont nous les formons. Ils savent rechercher une information sur Google, proposer leurs idées, présenter leurs idées, persévérer pour trouver une solution, travailler beaucoup et longtemps.

Lisez notre article 5 raisons de suivre la formation Bakeli

Leur manque d’expérience est facilement et largement compensé par leur niveau d’engagement, leur ponctualité, leur soif de connaissance et surtout leur humilité. La plupart des Bakelistes qui réussissent à continuer à travailler dans le réseau de Volkeno sont dans ces cas de figure. Et figurez-vous qu’aucun d’entre eux ne chôme à moins que cela soit son propre choix.

Formation en développement web et mobile

Aujourd’hui, nous sommes dans un marché où les experts (expérience de 5 ans dans un domaine précis) coûtent chers, nous n’avons pas de capital (VCs qui investissent à gogo) et nous avons un taux de chômage élevé. Dans ces conditions comment développer des entreprises innovantes ? A mon humble avis, c’est avec ces supposés chômeurs. Quand  ils sont encadrés et recalibrés, je vous promets qu’ils peuvent être votre plus grande force.

Je préfère investir sur des états d’esprit jeunes et frais que sur un expert qui est hautain, pense qu’il n’a rien de plus à apprendre du monde ou qui coûte très cher parce qu’il a une famille élargie à nourrir.

Auteur : Abdoul Khadre Diallo – CEO de Volkeno

Comments

comments

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *